The Blog with words & pics you like to check!

Articles tagués “Léo Taillefer

Corner Shot – B&E Inventational Portraits

083_140405.B&E.Inventational

Entre deux bières et trois tapas, j’ai pris le temps de mettre un petit photomaton en place dans un coin du Sanglier Qui Fume. Histoire de capturer les ganaches des monstres du freestyle présents au B&E Inventational.

 

Publicités

Analog Bosnia – Part3

034_130307.Bosnianalog_Blog3

Retour au noir et blanc pour la dernière pellicule chargée dans le Lubitel, entre jour blanc et béton. Ce format carré que procure le moyen format est définitivement devenu un incontournable lorsque je décide de remplir quelques pellicules. Comme si tout se mettais en place naturellement dans le prisme de visée, ne resterai plus a déclencher. Ce n’est pas exactement le cas, certaines photos sont – comme souvent – bonnes a jetées. Mais reste un équilibre et une harmonie uniques à ce format qu’est le 6×6.

Le tour est maintenant fait des quelques pellicules ramenées de trois semaines au pays des mangeurs de Cevapacici, où règne une atmosphère étrange d’après-guerre pas encore consumée. Un résumé d’une aventure où le plaisir de skier était toujours voilé par la sensation de ne pas être à notre place.

Le malaise que nous ressentions à nous « amuser » – car c’est véritablement ce que nous faisons – dans des lieux qui témoignaient encore d’évènements qui avaient déchirés le pays vingt ans plus tôt, ce malaise a très vite été balayé par les encouragement des personnes que nous avons rencontrés sur place. Que ce soit Lejla se démenant pour avoir des autorisations, de grands costauds pour tirer le bungy ou un grand père tentant de converser. Et malgré quelques galères, ce sont les bosniaques qui ont fait de cette expérience, une bonne expérience. Merci à tous ceux que nous avons rencontré.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Analog Bosnia – Part2

029_130820.Bosnianalog_Blog2

Petite parenthèse couleur. Des gosses à la neige, une équipe de gitans sur un vieux tank, un couple qui nous a pris sous son aile, de vieux serbes éméchés et du ski dans les quartiers populaires vieillis, notre passage en Bosnie-Herzégovine aura aussi été coloré. Et bien que le film noir et blanc se prête parfaitement à l’atmosphère du pays, je reste toujours accroché à la couleur. Pas besoin d’une large palette chatoyante quand le voyage donne tout simplement son sens à ces trois mots : « haut en couleur »

Nos actions, rencontres, poisses et autres aventures méritaient au moins une petite pellicule couleur.

Lomo Lubitel et Fuji Provia100 et Reala100

Ce diaporama nécessite JavaScript.


From Sarajevo With Love

DSC_3239

Afin de bien commencer l’année 2013, les irréductibles Gpsy se sont octroyés un road trip vers les rues massivement enneigées de Sarajevo. « Massivement », c’est le qualificatif que nous aurions voulu pouvoir employer, seulement personne n’a semblé assez futé pour jeter un œil à la météo local avant de partir… Trop préoccupé à creuser la tombe de feu mon automobile.

Ceci fait, nous sommes partis guillerets persuadés de trouver le bon mètre de neige nécessaire à passer trois semaines de street intensif dans la capitale Bosniaque. La déception était donc au rendez-vous une fois arrivé lorsque nous découvrions une fine pellicule de neige qui se laissait fondre à petit feu. Personne ne semblait vouloir prendre la responsabilité de l’information erronée concernant ce mètre de neige imaginaire.

Après une réunion de crise, la décision fut prise d’effectuer un repli stratégique vers l’une des deux stations surplombant Sarajevo. Une fameuse idée au regard des spots que nous avons pu dénicher alentour. De plus, la neige a décidée de se joindre à nous en cours de route!

Le thème du séjour s’est imposé de lui-même au cours du trip : JO de 84 et résidu de génocide. Les rares structures encore debout entre les stations de Bjelasnica et Jahorina font partie du patrimoine olympique du pays.  Cela ne semblait pourtant gêner personne que nous les utilisions à des fins récréatives et créatives. Bien au contraire.

Avec un peu d’acharnement et tout en se battant contre la poisse – une voiture morte de mon côté, une vitre cassée pour Léo, une caméra et son petit objectif Zeiss envolés pour Yann – nous avons tout de même réussi à boucler un beau voyage entre potes. Et avec quelques avec presque une vingtaine de spots au compteur, on ne peut pas dire qu’on ait chaumé.