The Blog with words & pics you like to check!

Art

Rock The Line – Design et plus si affinité

3T_Front

 

Cette année fut celle de la première édition du Rock The Line organisé pas Slack. Ce Jumpline Pro Tour à la française comptait 6 dates à travers l’hexagone pour finir en beauté à Millau lors des Natural Games. Nous voulions donner une identité plus forte à ce qui était l’an passé un simple championnat de Jumpline.

J’ai donc commencé par créer une poignée de logos et une fois fixé sur le bon, j’ai pu adapter le design à des poster, t-shirts, banderoles et autres support de com.

Mais non content d’en être arrivé là, je me suis lancé un objectif supplémentaire, et non des moindres, comme j’allais m’en rendre compte. Mon travail au sein de Slack me donne l’opportunité et la liberté d’entreprendre des créations quelques fois extravagantes (certains l’auront remarqué ici par exemple) et cette fois-ci je me sentais l’âme d’un sculpteur ou d’un modéliste. Si j’ai une vague expérience dans la peinture de figurines Warhammer qui date de mon adolescence, je n’avais jamais mis les mains dans le moulage et ses multiples aspects. Parti sur un moule de main brandi en signe de ralliement de métalleux, j’imaginais déjà mes trophées fondus en aluminium dans le fourneau des enfers de mon pote Dr Gosh. Cependant, les résultats aléatoires et le manque de temps me firent pencher vers la résine. Après quelques déboires avec le temps de prise de l’alginate et le volume de résine nécessaire à remplir ma main (600ml), j’ai finalement réussi à sortir trois moulages acceptables de l’enveloppe caoutchouteuse et visqueuse de l’alginate.

Les choses semblaient rouler quand une contrariété de rien du tout vint enrayer mon entrain. La sous-couche du trophée N°2 ne séchait pas vraiment et restait collante au toucher… Je me suis dit que mon brossage « à sec » aiderai à atténuer cette anomalie. Rien. Ça collait toujours aux doigts. Après une nuit passé devant le ventilo, toujours pareil. Ne me laissant pas démonter et bravant tout bon sens, je me lançais dans le vernissage de mes trophées, pensant naïvement que « bah quand le vernis séchera il n’y paraitra plus » Erreur…

Je désespérais donc devant mes trois trophées, et surtout devant le N°2 qui restait tout collant. Une petite voix me souffla alors de laver le vernis à l’eau savonneuse… C’en était trop. Démontrant par la pratique que le vernis ne partais pas à l’eau et au savon, je me suis laissé emporté dans une frénésie destructrice à grand coup de « Ah tu veux voir ce qui décape le vernis?? regarde! » et vlan, de grandes giclées d’Acétone sont allé rejoindre le trophée N°2 au fond de l’évier. Les énergiques coups de brosses eurent bien entendu l’effet escompté, voir un peu plus que ça même. Je m’arrêtais de frotter alors que l’acétone commençait à ronger la résine.

Retour au point de départ. Je désespérais donc devant mes trois trophées, surtout devant le N°2 qui était tout… blanc sale, gluant et rongé. Il ne me restait alors que deux jours pour trouver une solution avant de prendre la route pour Millau et les Natural Games. Refaire un moulage était impossible, plus de résine, plus de temps… Mais en y regardant bien son nouvel état lui donnait un style « vielle statue de plâtre abandonnée au temps » et en y mettant un peu de glamour, ça pouvait faire illusion. Et illusion ça fît! Je me demande d’ailler pourquoi je me grille à raconter que j’ai foiré mon coup?! « Le blanc? Oui oui, c’était pour contraster avec les deux autres! »

Pour finir en beauté, il ne me restait plus qu’à faire quelques images de la compétition et un rapide montage vidéo à voir ici.

Voici pour l’histoire du Rock The Line 2015 et de ses aventures graphiques et artistiques.

Publicités

Insane In The Brain – Limited edition posters

IITB

Avis aux amateurs, deux séries de posters Insane In the Brain sont actuellement disponibles.

60x60cm imprimés en quadri sur papier mat supérieur 250gr, 50 exemplaires disponibles dans chaque couleur.

Vous n’avez qu’à remplir le formulaire ci-dessous et vous recevrez un bon de commande par mail.

Les recettes serviront à monter une petite expo de dessins imprimés par sérigraphie.

Je travaille en ce moment à la suite, quelques milliers de petits bonshommes supplémentaires sont donc à prévoir!

Merci d’avance pour votre soutient.

 


Insane In The Brain

002_140524.BrainInBlack

Le premier coup de crayon fut donné pendant l’été 2010… Entre temps, on peut dire que l’eau a coulé sous les ponts.

Un an en Nouvelle Zélande, plusieurs passages au Vietnam, un nouveau poste chez Slack, X projets et un nombre incalculable de photos plus tard, je n’avais rien lâché de ce qui était à l’origine une idée farfelue parmi tant d’autres.

Un gigantesque cerveau dans lequel grouillerait une multitude de petits personnages. J’imaginais un effet hypnotique et mouvant de loin pour devenir une fourmilière anarchique une fois le nez collé dessus.

J’avais à peine commencer ce fastidieux remplissage que je l’interrompis pendant plus d’un an. Vadrouille oblige. Curieux de voir le résultat un jour, je repris mon entreprise à mon retour en France.

Sans trop d’assiduité cependant.

Il m’aura donc fallu quatre ans pour achever cette interminable dessin. Une délivrance? Il faut croire que non, une autre armée de petits bonshommes prend déjà forme sur un autre support…


Festival Image et Neige

affiche festival images et neige

Il est d’heureux hasards, comme des opportunités qui ne se refusent pas. Lorsque Frédéric Boiteux – photographe  clusien et co-organisateur du festival Images & Neige – m’a contacté pour me proposer de parrainer l’édition 2013 du festival, je n’ai pu qu’approuver. Pour la troisième édition du festival, on m’offre donc la suite de Vincent Munier et Rémy Marion. Un honneur qui consiste à présenter un échantillon de mon travail à travers une exposition et une conférence.

L’expo intitulé « White Trash » retracera les déambulations hivernales dans lesquels j’ai accompagné mes acolytes riders – freeskiers, snowboarders, slackliners et bikers – durant ces dernières années.

Pour ce qui est de la conférence, expérience inédite pour moi, nous resterons dans l’univers de la planche à neige. L’entrée en matière se fera avec une présentation du dernier film de Gpsy Feelin : T.A.Z. puis une diffusion des images réalisées durant le tournage qui s’est étendu sur tout l’hiver 2012. S’en suivra une phase de blabla à propos de la photographie de ski, de l’approche que j’en ai et d’un échange avec le public qui nous l’espérons viendra nombreux.

Voici pour les news de fin et début d’année, rendez-vous en 2013, à Cluses du 25 au 27 janvier !

Et bonne année à tous !

triptique_web-1-2 triptique_web-2-2


Enlightened Souls – Les Âmes Illuminées

My english fellows, I’m sorry! Once again the text is in french. But this time you can still read something about the project here!

Pendant mon petit séjour de deux mois à Christchurch, j’ai eu l’occasion de travailler sur un projet de lightpaing. Le premier en solo, sans être accompagné de mon fidèle collègue : le Dr Gosh.

De retour à Christchurch un mois après le tremblement de terre du 22 février, la Nouvelle Zélande s’agitait de gens dévoués à aider leurs voisins, à reconstruire des maisons, nettoyer les rues ou faire des donations. J’ai voulu – à mon échelle – donner un peu de ce que je possédais, à savoir du temps et de la créativité.

Un essai pour  montrer un peu de support aux hommes et aux femmes qui m’ont raconté leurs histoires. A travers ce projet, je voulais, d’une certaine manière, montrer mon admiration envers tous ses gens que je ne connaissais pas qui étaient tous armés d’un moral et d’un courage inébranlable. Comme une preuve de soutient dans leurs pertes, qu’elles fussent humaines ou matérielles.

Cela sera certainement une ridicule goutte dans l’océan de soutien que la ville et les habitants de Christchurch reçoivent des quatre coins du pays. Mais je pense sincèrement que comme l’intention est bonne. C’est ça qui compte non?

Le projet à été proposé en septembre dernier au City Council de Christchurh – oui, la mairie. Ma proposition de don des tirages à la communauté n’a pas encore trouver de réponse pour le moment. Mais comme tout le monde, je peux comprendre qu’ils aient d’autres chats à fouetter en ce moment.

Il n’empêche que je pense que ça vaut le coup de le diffuser un peu. Donc ouvrez vos yeux.

ps : quelques images du boulot de  préparation en prime pour montrer que photoshop n’y est pour rien…

Ce diaporama nécessite JavaScript.