The Blog with words & pics you like to check!

Jeux d’Hiver Façon Kiwi

Pour revenir un peu aux activités de saison – faut-il rappeler que c’est l’hiver ici – j’ai remis le couvert en partant immortaliser une nouvelle série de contest néo-zélandais. L’activité « back counrty » ou « jib », limitée par un enneigement que je qualifierai d’inapproprié, faisait que j’avais tout le temps de consacrer quelques jours à une compétition. L’occasion par la même de rencontrer un peu de monde et quelques vieux potes.

 

Les NZ Winter Games sont une sorte d’olympiade hivernale regroupant tout un nombre de disciplines où je ne m’aventurerai pas – pas de mon plein gré et sans un contrat généreusement rémunéré en tout cas. Fort heureusement, ces festivités comprenaient une touche freestyle avec du half pipe, du slope style et du big air au programme. De quoi me faire sortir de ma tanière afin d’illustrer les festivités pour une news Downdays.

 

Le premier matin, nous roulions en direction de Cardrona avec Raf et Dion, tous deux juges pour les trois évènement freeski. Dion, local parmi les locaux, s’étonnait de trouver tant de neige au bord de la route qui longe le fond de la vallée. Raf et moi regardions les quelques résidus de neige tapis dans les prés avec un air amusé. Je dois avouer qu’à ce moment déjà, je ressentais une envie de poudreuse dans les bois qui ne m’a toujours pas quittée. Quoi qu’il en soit, elle attendra le prochain hiver pour être rassasiée…

Plus nous nous approchions de la station et plus nous plongions dans les nuages. Si les optimistes prévoyait que le vent libère la place, laissant le soleil nous réchauffer, eh bien ce fut manqué. Visant dans le blanc du ciel – uniformément similaire à celui du sol – avec mon appareil, j’attendais qu’un rider passe de mon côté du pipe pour tenter de faire une photo qui ne me ferai pas regretter les doigts de pieds que j’étais en train de perdre. Il y en eu peu.

 

Le second contest, le slope style se déroulait à SnowPark sur la ligne de kicker. Cette dernière était agrémentée en haut, d’une série de rails, et en bas d’une belle table à butter. La température était d’un niveau bien plus confortable que la veille et les quelques doigts de pieds qu’il me restait purent souffler. Comme les précédentes journées de prise de vues à SnowPark, je n’ai pas vu l’intérêt de m’encombrer de ma board et c’est à pied que je me déplaçais autour de l’attraction du jour. Tout d’abord je me suis concentré sur la recherche d’angles nouveaux – un tâche ardue après plusieurs journées a shooter la même ligne croyez-moi. J’ai finalement dû remarquer que le niveau était particulièrement élevé. La présence de tant de double rotations, si impressionnantes et parfaites furent-elles, n’était pas pour me combler. Je n’avais pas prévu de passer mes nuits à monter des séquences d’une compète à l’autre bout du monde pour trois sous. Le résultat étant cependant qu’il m’était impossible de vraiment pouvoir dire quel tricks le gamin avait envoyé sur une single shot. Je me suis donc résolu a faire des séquences pour le big air deux jours plus tard…

 

Retour à Cardrona donc, toujours en voiture avec mes compères les juges. La météo qui n’a eu de cesse de s’améliorer est maintenant de retour sur « Beau fixe » et c’est les lunettes de soleil vissées sur le nez que je parcourais les alentours du big air. D’abord obligé de planter mes pieds dans la croute gelée, la matière froide et blanche sous mes pieds s’est très vite rapprochée de l’état liquide au fur et à mesure que le jour avançait. Je grimpais, je descendais, j’allais dire un petit bonjour dans la cabine des juges, je shootais de loin, de près . Pour finir, les finales approchant, j’ai pris mes positions; l’appareil en mode rafales : c’était la guerre. Les doubles rotations étaient encore une fois au rendez-vous, même si les juges dans leur infinie sagesse optèrent pour un format de compétition obligeant les riders à varier leurs figures. De la créativité que diantre !

 

Encore une fois bluffé par le niveau que les jeunes internationaux et locaux imposèrent à ces trois jours de Winter Games, nous redescendions vers Wanaka dans la voiture de location couverte de la couche de poussière règlementaire à ceux roulent vers les station kiwis. Mission accomplie pour mes amis juges. Quand à moi, je regrettais déjà les longues heures que j’allais passer à monter les séquences des finales. Comme j’aime me faire mal, je les ai presque toutes faites en panoramique. Pourquoi faire simple?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s