The Blog with words & pics you like to check!

L’histoire d’une idée… lumineuse

Voici un projet qui a eu le temps de murir entre ses premières esquisses et les photos qui accompagnent ce post. De murir, mais aussi et surtout d’évoluer dans la manière dont j’en voyais la réalisation.

L’idée première était de sculpter de petits Tikis et de les mettre en scène dans la nature. Les Tikis représentent un sorte de déité Maori au sens plutôt vaste. Entre ceux venus des étoiles pour être les premiers êtres sur Terre et le symbole de bonne fortune, ils ont su capter mon attention et éveiller en moi un soupçon de créativité. Mais le voyage avançant à grand pas, l’idée resta dans mon esprit sans jamais se voir concrétisée. Peu certain de mes talents de sculpteur de Tikis et ne trouvant pas le moment opportun pour m’y lancer pleinement, je conclu que je pourrais dépenser mon temps autrement. L’idée, elle ne s’en alla pas pour autant. Coincée dans un coin de ma tête.

C’est durant notre petite étape de deux mois à Christchurch que je me dis que le projet pourrait trouver son intérêt en créant les Tikis en lightpainting plutôt que de les sculpter. Je travaillais alors sur un projet de lightpainting sur le tremblement de terre, je pourrais bien faire les Tikis de la même manière. Abordant cette dernière idée sous ce nouvel angle, je dessinais quelques personnages, histoire de préparer les pochoirs destinés à donner forme aux petits êtres magiques.

La tâche de remplir les photos de courbes multicolores était généralement celle de Dr Gosh, et je me rendais bien compte qu’il me faudrais beaucoup d’entrainement pour égaler le collègue. Parti dans ma série de dessins, j’ai laissé là mes Tikis, sous forme de pochoirs.

Pendant ce temps, ma caboche mijotait quelques formes et tracés que je pourrais utiliser pour combler l’espace autour de mes bonshommes de lumière. C’est que ça turbine par moment.

C’est à ce moment-là que l’idée fit un bon. Un nouveau. J’allais faire mes Tikis à l’ancienne, en agentique. Mon vieux Lomo me permettrais de procéder en deux étapes, la lumière, puis le paysage. Rembobiner la péloche n’est pas permis en numérique et dans le cas présent, ça présentait un avantage logistique non négligeable.

Mais voilà que le temps continuait de filer et mon idée restait toujours dans son état le plus immatériel. La fin du voyage approchant, je me rendais compte que je n’aurais pas la possibilité d’avoir la diversité de paysages que j’aurais désiré. Le temps m’était compté et les heures passées à préparer les pochoirs ne resteraient pas inutilement rangées dans leur pochette de carton. Choix cornélien qu’était le mien, argentique ou numérique… encore fois je me rangeais du côté du pratique, repoussant à plus tard l’idée du travail sur pellicule. Je me décidais donc à user de l’informatique afin de monter les différentes parties du dessin sur des photos nocturnes prises au cours cette année en NZ.

J’installais mes quartiers dans une pièce de la cave, y emmenant tout le nécessaire à lightpainting. Trépieds, matos photo, lampes torches, gélatines et bien sur mes Tikis. L’idée était enfin en phase de réalisation. Dans le noir le plus complet, j’opèrais mes lampes, préparant consciencieusement tout un lot formes, de filés, essayant de visualiser ce dont j’aurais besoin une fois devant mon ordinateur. Combattant à la fois avec le sentiment d’impatience en vue du résultat et celui, un peu coupable, de faillir à une certaine ligne de conduite. Je considère toujours que de faire les photos de lightpainting à part est une sorte de tricherie et cela me navre. Cependant, je suis toutefois content d’avoir pu mener cette petite idée si loin et surtout à son terme. Mettant donc de côté mon costume de photographe pour revêtir celui d’infographie, designer ou autre geek : voici donc une série de montage photo. Je n’aime pas vraiment cette association de mot qui donne l’impression que finalement ça n’a pas tant de mérite que ça… Mais bon. Reste que c’était cent fois plus simple, donc il faut l’avouer un peu moins méritant.

Mais je vais me racheter une conduite dans les prochains mois en allant rejoindre Dr Gosh au Vietnam pour une mission lightpainting et photo, pure et dure.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s