The Blog with words & pics you like to check!

Oamaru, Repaire d’Artistes

Nous avons découvert Oamaru un peu par hasard. Un dimanche soir, alors que tous les magasins fermaient et que nous rentrions de notre périple dans les Catlins. Dès notre premier regard, nous sommes tombés sous le charme de cette bourgade aux accents coloniaux et à la fierté d’antan. Des bâtiments de pierre blanches au style victorien, une boulangerie et une galerie d’art complètement démente… Cette ville ne pouvait que nous plaire. Nous avons donc décidé de consacrer un peu de temps à réaliser un reportage à son sujet. C’est avec le soutient et les conseils de Kelly Lindberg, gérante du sympathique Chillawhile Backpacker, que nous avons passé quatre jours à parcourir la ville et ses environs pour en découvrir un peu plus sur cet endroit qui nous a si vite conquis. L’article a été écrit conjointement par Sophie et moi et au vu de la quantité d’informations accumulées nous avons préféré le scindé afin de le rendre plus digeste. Les trois prochains articles du blog seront donc consacré à Oamaru, en espérant que vous saurez lui trouver autant de charme que nous. 

Oamaru a cela de séduisant qu’elle possède une « vielle ville ». Un quartier préservé qui sans les véhicules motorisés modernes, a gardé son âme d’antan. Un pâté de maison qui vit hors du temps et dans lequel ses habitants prennent grand soin de perpétuer les charmes de la vie du XIXème siècle. Enseignes en fer forgé, costumes d’époques pour certains, vélocipèdes garés devant les vitrines, tout est fait pour que le décalage temporel soit complet. Dans les rues, on y découvre des ateliers d’artisans qui exercent leur métier par passion et par amour du travail bien fait. Repaire des maîtres de précision, des passionnés qui partagent avec vous, le temps d’une discussion tout l’amour de l’art qu’ils transmettent à leur ouvrage. Ce quartier particulier à un nom : Harbourside.

Sur les conseils de notre hôte Kelly, nous sommes donc partis à la rencontre de quelques uns des artistes, artisans et autres excentriques peuplant les lieux.

Emerveillés par une architecture inhabituelle, nous avons garé notre van pour remonter une rue aux bâtiments blancs jusqu’à une porte cochère béante. Nous avons pénétré dans un bâtiment qui devait être une ancienne grange à grain. Sous un haut plafond de poutres, de vieilles affiches jaunies par le temps se décollaient des murs.  Un clown étrange nous épiait depuis l’un des murs sur lequel il était peint. Des pas résonnaient au-dessus de nos têtes. Intrigués par cette ‘galerie marchande’ d’un autre temps nous sommes arrivés au pied d’une cage escalier constellée de tableaux. Un panneau de bois peint nous invitant à explorer l’étage plus en avant. Curieux, nous avons grimpé les marches pour finalement entrer dans un univers excentrique peuplé de regard, de robes immenses, d’énormes personnages en papier-maché, de penderie-poupée, de robe-pellicule …

Nous étions dans la galerie de Donna Démente, qui regroupe plusieurs artistes néo-zélandais depuis plus de treize ans. Un univers magique, fantasque et plutôt féminin, quelle surprise d’ailleurs de trouver ici un portrait de Simone de Beauvoir !

Quelques bâtiments plus loin, juste au-dessus du Woolstore café, nous avons à nouveau été surpris par une galerie elle-aussi des plus atypiques. Une réplique de rue marchande nichée sous les toits de l’ancienne grange à laine. Chaque échoppe de carton exposait les oeuvres d’artistes, certes plus conventionnels que Dona et ses acolytes mais tout aussi investis dans le petit monde victorien qui gravite autour d’Oamaru. Lors de notre première visite, tout était fermé et la sensation de se promener dans une rue digne d’un parc d’attraction abandonné était assez irréelle ! Nous sommes donc revenus un jour d’ouverture pour aller à la rencontre de quelques-uns de ces artistes. Ce qui fut d’autant plus enrichissant. Nous avons pu y retrouver Jackie, un petit bout de femme aux multiples talents. Quelques jours plus tôt, nous la rencontrions en train de sculpter dans la Crucible Gallery.

Lors de nos allés et venues dans les rues de la ville, une affiche n’eut de cesse d’interpeller notre curiosité. Sur celle-ci, on pouvait lire Steam Punk Fashion Show. Steam signifiant vapeur et punk… ne nécessite pas vraiment de plus amples explications. En traduisant, les affiches parlaient donc d’un défilé de mode de punks à la vapeur. Interpellant! De plus, un imposant building portait lui aussi l’inscription « Steampunk HQ », certainement le repaire de ces punks en ébullition.

Le steam punk fut sans doute ce qui nous a le plus intrigué au cours de notre halte à Oamaru. Nous en voyions le nom un peu partout mais sans pouvoir réellement en saisir le sens. La curiosité nous fit donc creuser le sujet. C’est au détour d’une rencontre avec le sculpteur Don Patterson que nous en découvrions enfin la substance. Un mélange des influences victoriennes (ère industrielle) revue à la sauce futuriste. Tout cet univers était décliné en peintures, dessins, sculptures, habillements, bijoux, créées par de nombreux artisans et artistes de la ville. Tous voulant donner à Oamaru un nouvel éclat remémorant sa fierté passée. Certains déambulent costumés dans la ville, d’autres en collectent tous les accessoires nécessaires (vieux mécanismes, vêtements…) et tous se réunissent dans ce bâtiment massif, le Steampunk Head Quarter, où les palissades cachent des véhicules fantastiques et autres inventions néo-victoriennes à l’image de la locomotive qui trône devant l’entrée.

Après un tour d’horizon des artistes de la ville nous nous sommes concentrés sur une autre catégorie d’artiste, qui mêlent l’utile à l’esthétique. Il était temps de rendre visite aux artisans d’Harbourside.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s