The Blog with words & pics you like to check!

Du Bike à Queenstown? Oui mais…

Passons à un sujet un peu plus sérieux!

Voilà un bail que mes flashs se meurent dans leur étui de mousse. Et moi-même, qui sent monter une irrépressible envie de shooter un sujet en mouvement. Les montagnes, les plages et les oiseaux, si beaux soit-ils, ne comblent pas en moi ce vide que laisse l’absence d’un vrai photoshoot. Un de ceux, luminaires dans les starting blocs, où un bike me frôle à toute vitesse en s’élançant dans la pente, par exemple. Considérez donc que j’étais plutôt impatient de retrouver Kelly McGarry à Queenstown pour quelques images de freeride!

Notre grand trasher blond s’était remis de sa clavicule cassée lors de notre photoshoot à Nelson et je l’ai retrouvé plus motivé que jamais. Son prototype de vélo auquel il manquait quelques stickers de sponsors était alors son principale soucis. Rien de vital pour nous retenir de shooter si ce n’était un petit détail. Assez consternant. Kelly ne voulait pas se faire attrapper en train de faire des photos sur les terres de Queenstown. Je m’explique.

Trois semaines plus tôt, Kelly est venu shooter alentour avec un team de frenchy. Les locaux, shapeur du dirt park de Gorge Road et des pistes de la Skyline, n’ont pas apprécié de ne pas être invités à passer derrière l’objectif. Kelly, qui ne passe pas vraiment inaperçu, s’est fait remonté les bretelles pour son manque de galanterie. C’est donc tout naturellement qu’il ne voulait pas remuer le couteau dans la plaie encore fraîche en remettant le couvert deux semaines plus tard. Soit, on fera des photos en discrètement.

Shooter le Heaven track et les pentes du Ben Lomond n’était pas vraiment un problème, c’était le champ de bosses que Mr McGarry voulais éviter. Seulement, ce spot mérite vraiment quelques images… J’ai donc décidé d’aller voir ces shapeurs offusqués pour savoir vraiment de quoi il en retournait. C’est comme ça que j’ai rencontré Jimmy. Le garçon, fort sympathique, me fait un rapide topo de la situation : Payés pour creuser les piste de la Skyline, le dirt park était quant à lui le fruit de leur temps libre. Ce qui le rend, à leurs yeux, comme une sorte de jouet qu’on sait devoir partager mais qu’on ne peut s’empêcher de protéger. Ma foi, ça se tient. En voyant le travail effectué sur ce park, taillé au compas et à l’équerre, les locaux ont de quoi être fiers. Après des années à façonner et entretenir ce spot, on comprend mieux cette attente de reconnaissance. Ce qui m’apparait comme tout à fait légitime. Nous nous sommes donc entendu pour organiser un photoshoot avec les locaux. Mon grand blond en guest. Malheureusement, le manque de temps et le mode mise en mouvement relatif aux kiwis ne nous laissa pas d’autre options que de shooter avec uniquement avec Kelly. Personne d’autre n’était disponible…

Au final, beaucoup de détours et de tergiversions pour arriver à un résultat identique mais où tout le monde est content. Pas d’impression d’avoir été biaisé ou de sentiment d’être un cambrioleur de spot. Personnellement, je suis assez satisfait, j’ai des images dans la boite, on a encore bien rigolé avec McCrazy et je sais que de retour à Queenstown, j’aurai des images à faire avec quelques locaux. Et pour prouver que rien n’est inutile, on se paye une poignée de photos dans les prochains Spoke Mag.

Prochaine arrêt bicyclette à Christchurch!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s