The Blog with words & pics you like to check!

Stewart Island Diary – Day Two

03 Mars 2011, Une bonne nuit de merde. Dormir sur un pseudo-matelas n’a pas arrangé mon mal de dos nocturne (comme depuis un bon mois mais en bien corsé…) Mon humeur est donc fixée dès le matin sur « grumpy » pas besoin de traduire pour comprendre. Dès le début du track, le thème est lancé : ça sera boueux. On gère pour éviter les grosses marres de boues profondes en marchant dans celles plus superficielles. Ceci explique les 4 heures annoncées pour seulement 6 kilomètres. Ça promet (tiens, comme hier…) On gravit quelques collines droit dans la pente, comme ils savent tracer les sentier ici. Les sac-à-dos blindés de vivres (un peu trop avouons-le) ne facilitent pas l’exercice. Moi qui ne suis pas un fondu de rando, le plaisir dans l’effort ne figure pas en tête de liste de mes déviances. Mon humeur déjà douteuse, je me prends rapidement à souhaiter n’être parti que pour les 3 jours de marche sans cette stupide extension vers Bungaree Hut. Je vois à la tête de Sophie qu’elle partage mon avis sur la question et je redoute déjà le lendemain. 12 kilomètres supplémentaires nous attendent après avoir fait le même chemin dans le sens opposé. Mon dos me fait souffrir et mon gros orteil de rappelle qu’il est mécontent, à chaque pas.

La majorité de la marche d’aujourd’hui se déroule dans la forêt et mon sac photo en bandoulière rebondi sur ma cuisse dans un ballottement inutile. Une raison de plus de trouver cette journée ridicule, pas de photos aux paysages à couper le souffle.

On fini tout de même par arriver à Bungaree Hut en traversant une ultime plage couverte par la marée. La journée était ensoleillée mais on ne l’aura pas vu des masses, le soleil. Donc on l’apprécie. Comme on apprécie de poser nos fesses dans cette cabane donnant sur une baie au calme surprenant. Déjà investie par deux chasseurs/pêcheurs venus avec leur rafiot amarré dans la crique. Deux wetsuits sèchent sur le poche non loin des fusils. Si on trouve que les chasseurs et pêcheurs sont nombreux en Nouvelle-Zélande, l’ïle Stewart est un peu leur résidence de vacances où ils aiment se retirer pour penser. Comprenez chasser le possum ou le cerf. Jason, qui est là pour son baptême de chasse, n’a pas l’air convaincu. L’eau étonnamment clair, ne donne qu’une envie, c’est de s’y baigner. Russ et Jason partent pêcher et ramasser des huitres pour le diner. Les regardant partir, Tom et moi regrettons d’avoir laissé nos combis dans le van à Bluff. On se laisse du coup tenter par un saut dans les eaux (très) fraiches des mers du Sud. A leur retour, nos experts pêcheur nous offrent un aperçu de la cuisine local en hut qu’ils partagent avec nous, beignets de Blue Cod et huitres on ne peux plus fraîches.

Enfin, l’endroit est magnifique et le moral remonte, parce que vraiment, c’est bon d’être là! Posés au bout d’un îlot avec Tom, c’est grisant de regarder l’océan en sachant qu’on est au bout du monde. Vraiment. Deux jeunes Tchechs arrivent aux cours de la soirée, Vit et Barbara. Avec tout ce petit monde dans cette cabane perdue, l’ambiance à la bougie à laquelle j’écris donne de vraies allures d’aventure à cette journée qui se termine.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s