The Blog with words & pics you like to check!

Usure Physique et Jouissance Mentale – Wanaka Highlines

Quelle douce sensation que de sentir son corps s’écrier de toutes parts : « Je te déteste » Comment expliquer ce plaisir inutile de gravir une falaise suspendu à de ridicules morceaux de rochers quand un sentier bien tracé mène au sommet. Ou alors marcher au-dessus du vide, les pieds sur une sangle elle aussi ridicule en largeur que les grattons auxquels on se cramponne. Quel intérêt de se faire mal volontairement, de s’écorcher les bouts de doigts à en perdre les empreintes, de se racler les tibias sur une slack ou encore de gravir des montagnes chargés comme des G-I en mission. Quel plaisir de suer sang et eau dans le seul but de… de quoi? De se sentir vivant? De respirer une victoire éphémère à pleins poumons ou de sentir l’adrénaline affluer dans chaque cellules de notre cerveau malade? Peut-être bien. Si cela peut paraître futile aux yeux de certains (les ignorants diront les initiés), ça ne l’est définitivement pas pour nous. Mais pour mieux comprendre comment nous en sommes arrivés là, voici un résumé des précédentes semaines.

Après des fêtes de Noël sous le soleil estival de Christchurch, nous avons conduit notre bon vieux van vers une destination aux routes sinueuses qu’il nous tardait d’atteindre. Vous l’aurez compris (ou pas), Wanaka. Ce fut pour nous l’occasion de rassasier notre manque d’escalade accumulé les derniers mois et une envie irrésistible de highline. Aux côtés de James Clulow notre hôte à Wanaka, nous avons partagé ce bon temps entre amis avec son frère et sa femme, Sean et Candy, sa petite amie Georgi et deux amis grimpeurs Marco et Ralf. Disposant ainsi d’amis sur-motivés et de cailloux à volonté, nous étions confiant sur la qualité des efforts à venir.

Depuis maintenant de nombreuses années, le Wanaka Rock Climbing Club se veut assez virulent pour ce qui est boulonner les rochers le long de la route qui mène au Rob Roy Glacier. Tous les ans de nouvelles voies d’escalades sont ouvertes, il ont donc trouvé l’idée naturelle lorsque nous sommes venus leur demander de nous prêter leur perfo pour poser les points de nos futures highlines à Hospital Flat. Restait encore à définir où nous allions les poser. James avait dans l’idée tendre une slack depuis un rocher nommé Tombstone, le cailloux vedette de toute la zone, figure de proue des grimpeurs de la région. Mais je le trouvais malheureusement un tantinet trop bas. Si nous ne trouvions rien de mieux, ça nous ferait toujours une roue de secours pour une highline de 25m facile d’accès. Cependant, après avoir essayer de me frayer un chemin dans le bush et les fougères, entre les rochers et les trous bien cachés pour y chercher d’autres gaps comblant nos attentes, j’ai reconsidéré mes avis sur la line de Tombstone… finalement cette low-highline sera parfaite pour un photoshoot en soirée! La bonne surprise est arrivée lorsque nous sommes allés grimper à Cattle Yard, un bouquet de rocs à l’accès escarpé et glissant taillé dans les fougères, qui avait plus de ressemblance avec une piste de chevreuil qu’un sentier baliser du Club Vosgien. Néanmoins, arrivés en haut, deux blocs massifs se dégageaient de la montagne, laissant entre eux une vingtaine mètres de distance pour notre plus grand bonheur. Nous pouvions, d’ici, apprécier la vue sur les montagnes environnantes et sur le Lake Wanaka. Avec sous le coude deux highline, un perfo et de quoi installer les ancrages dont nous aurions besoins. La partie était engagée.

Nous avons commencé par poser les ancrages à Cattle Yard, ce qui nécessitait un effort logistique plus important avec une quantité toujours impressionnante de matériel à transporter. Le perfo et ses batteries, des kilos de cordes, de sangles et de ferraille, le matériel photo, des vivres et j’en passe. Reste aujourd’hui des souvenirs de ces moments de pure bonheur à ramper sous nos sacs au bord de l’explosion dans la boue du « sentier ». L’accès rebutant de Cattle Yard nous aura au moins permis de laisser le matériel en place pour plusieurs jours, nous évitant de nombreux aller-retours en mode mulets. Une fois la slack et le back-up en place, nous avons fait un rapide aller-retour pour poser les points sur le second spot tant que nous avions le perfo en notre possession. Une heure plus tard, nous avons procédé à la mise en tension de notre nouveau jouet, histoire de tester la line avant la nuit. James aura attendu le lendemain pour réussir à traverser la slack, un record personnel battu pour notre jeune ami.

Le temps de patienter deux jours de mauvais temps et nous étions de retour à Cattle Yard où nous hésitions toujours quant au nom que nous allions lui donner. Certainement un nom en accord avec le faucon qui était venu nous épier pendant que nous percions les trous des ancrages. La journée s’est passée à grands coups de traversées et de tricks sous le cagnard pour qu’au moment ou nous allions pour la dernière fois détendre la slack, un faucon s’en est venu se poser dessus. Aussi intrigué qu’il l’avait été toute la journée en nous épiant de loin. Plusieurs minutes se sont écoulés comme ça, émerveillés par ce spectacle si inhabituel. La line avait trouvé son nom Falcon Takeoff

Pas moins de deux jours plus tard, nous remettions le couvert, cette fois à Tombstone. Assommés par une journée passée sous un soleil de plomb (encore une), nous auront mis autant de temps à mettre cette low-highline en place que la précédente… La disposition des rochers, la hauteur réduite laissait pourtant présager un set up rapide et efficace. C’était sans compter sur notre aptitude à persévérer dans la médiocrité. Mais passons rapidement sur cette sombre partie de l’histoire. Finissant à la tombée du jour, je me suis tout même alloué une petite traversée pour la forme, sachant bien que son heure viendrait le lendemain. Nous n’aurions pas galéré pour rien, j’aurai ma photo de highline de nuit!

Pressé par le temps, James qui partait pour l’Europe quelques jours plus tard à passé sa journée le nez dans ses préparatifs alors que nous profitions encore un peu des voies d’escalades ombragées de Roadside avec Sophie et Ralf. La fin d’après midi approchant, je me suis dirigé vers Tombstone afin d’être près pour prendre une série d’images avec les derniers rayons du soleil. Mais mon « model » étant à la bourre (un état dans lequel il semblait ma foi se complaire) j’ai posé mon appareil en mode intervallomètre et suis parti pour quelques traversées solitaires. James m’a rejoins juste à temps pour, d’une : traverser la slack et de deux : faire ces photos pour lesquelles je trépignais d’avance. C’est donc dans la quasi-obscurité que j’en renvoyé Mr James sur la highline pour une dernière série d’images. Pas la pire des punitions… James nourrissant le projet de cette line depuis un certain temps, il eu le privilège la nommée. Si j’imaginais un nom en rapport avec la pierre tombale géante qui nous servait de support, mon partenaire à opté pour un nom reliant nos deux contrées par le biais d’un jeu de mot usé mais efficace : Hell’s Ass Connection (comprenez Elsass pour non-initiés)

Nous auront donc passé deux semaines à traîner nos basques entre Wanaka et Hospital Flat. Ce petit séjour nous aura aussi permit de rencontrer de nouvelles têtes – ça n’arrête pas! – et passer d’inoubliables instants de grimpe, de slack, ou tout simplement de vie. Je suis parti pour revoir James, en qui j’ai trouvé un vrai partenaire de jeu, mais très certainement aux alentour de la maison cette fois. Chacun son voyage. Pour la suite du mien et comme je l’ai dit en guise d’intro, mon corps réclame un répit mérité. Ce que je pense lui offrir afin qu’on puisse se réconcilier, au moins pour quelques temps. C’est pas ça mais je ne voudrait pas trop me braquer avec lui. On a encore du boulot tous les deux.

Pour d’autres aventures slacklinesques sur les Terres du Milieu :

HukaFlash Highline vite fait bien bien faite!

Pendant ce temps là à Wanaka… Ça slack

Publicités

4 Réponses

  1. FranZ

    Ça fait rêver…. Vive Wanaka… Bien vu l’Hell’s Ass ! Sweet as bro !

    janvier 18, 2011 à 8:45

  2. marie pierre cartier

    tout y est , l’image la beauté la performance
    merci

    janvier 18, 2011 à 11:55

  3. Le ju

    J’adore encore une fois !!

    janvier 20, 2011 à 9:45

  4. tancrede

    C’est bon tout ça!

    janvier 28, 2011 à 6:21

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s