The Blog with words & pics you like to check!

Bay of Plenty – Grosse dose de plénitude.



Coramandel est désormais derrière nous. La prochaine étape du voyage nous a amené dans une partie de la Nouvelle Zélande au climat plus que favorable où les producteurs fruitiers se sont tous donnés rendez vous. C’est aussi, la région au soleil généreux où des surfeurs bronzés attendent les vagues en déambulant dans les rues de Mount Manganui en longboard, où des gens parfumés vont suer leur masse pondérale post-hivernale sur-abondante en arborant des tenues de sports fashion sur les pentes du Mount. Bay of Plenty, c’est aussi Rotorua et sa région géothermique – aux geysers et aux boues bouillonnantes et fumantes – aussi active que les portes monnaies des touristes qui se pressent pour visiter ce que Mère Nature à gracieusement offert à ses exploitants. Mais derrière cette introduction aux accents de cynisme, qui pour quelques obscures raisons m’en est naturellement venue aux lèvres, nous avons passé de très bons moments. Allant même jusqu’à rallonger notre séjours dans ce résidu de Côte d’Azur.

Mais ma langue enfourche la vipère trop facilement. Notre arrivée dans le Nord de Bay of Plenty s’est fait le plus agréablement du monde via une halte de deux jours à Waihi Beach. Sur le parking de la plage pour être exact. Il faisait un temps déjà très agréable et le site se prêtait à quelques photos. Après une rapide passage dans l’océan, qui n’avait d’autre but de donner l’illusoire impression que l’eau de la douche du bord de plage fut tiède, j’étais frais et dispo pour remplir ma journée. Dessin, photos, détente. Au cours de celle-ci, j’ai repéré plusieurs arbres qui attirèrent mon attention et sur lesquels je revins la nuit tombée. A une petite centaine de mètres du van, les pieds dans le sables humide de la marée basse, je plaçai mes flashs à la frontale sous les regards interrogateurs des pêcheurs rentrant de mer sur le tard.

Nous avons ensuite roulé vers le Venice Beach de NZ, à savoir, Mount Manganui. Au bout de deux semaines à zoner alentours, je n’ai pas eu l’occasion de croiser beaucoup de surfeurs en action. Pourtant, le nombre incalculable de surf shop laissait présager des vagues aux courbes parfaites, à la régularité irréprochable et aux riders faisant la queue pour quelques précieuses secondes d’adrénaline. Mais les magasins dédiés à la planche à vagues étaient définitivement plus nombreux que le nombre de surfeurs à l’eau. Tous déambulaient sur des longboards, arborant un style californien dernier cri. Par chez moi et depuis bien longtemps, on les appelle des poseurs. Au Mount, c’était un peu leur lieu rendez-vous.

Les présentations faites avec cet environnement peroxydé, rien ne me donnait l’envie de m’attarder ici bas.

C’est sur la route du départ que nous avons stoppé le van au bord de la plage pour observer un petit groupe de slackeurs. C’était là l’instant T, le moment charnière qui fait que les plans se transforment en quelque-chose d’inattendu. Il en résultat un arrêt minute de deux semaine en somme.

Après une série d’aller-retours, une autre de tricks, nous engageons la discussion avec ces chiliens qui allaient devenir nos compagnons de slack mais aussi de grimpe. Le Mount Manganui, cet ancien volcan dominant la baie abrite, outre les joggeurs endimanché et les joggeuses parfumées, un site d’escalade paradisiaque où les voies surplombent l’océan. Dans l’élan de notre rencontre avec Pedro, Tomas et Nacho, nous nous y sommes rendus afin de tester et d’approuver ce qui allait devenir notre site d’escalade quotidien. Comme si la grimpe et la slack ne suffisaient à rendre ce séjour plus qu’appréciable, la chance a bien voulu nous montrer du doigt un site qui se prêtait parfaitement à une highline à une petite demi-heure de route de là. Quand on dit que c’est royal, ça l’était vraiment!.

Mais Bay of Plenty ne se résumant pas uniquement à Mount Manganui, nous nous sommes décidés à nous rendre à Rotorua, un des nombreux sites incontournable de Nouvelle-Zélande. Le berceau de l’activité volcanique aux doux relents de souffre. Notre première surprise fut de constater que la majorité des « attractions à ne pas manquer » signalées par les guides coutaient au minimum 25$, ce qui réduisit d’emblée le nombre de ceux que nous allions visiter. Il nous fallait faire des choix. Le geyser, attraction phare de la ville aura été le premier. Par manque de chance, ou par défaillance monétaire, nous n’avons pu le voir que de loin. Deux entrées, deux pass à 25 et 30$ pour voir un jet d’eau et nous avons choisi celui qui traversait un charmant village Maori mais s’arrêtait à 100 mètres du geyser…

Dépités, nous avons décidés de rouler une vingtaine de kilomètres vers le Sud où un parc naturel offrait (c’est un euphémisme) une ballade autour de deux cratères aux couleurs surréalistes et aux vapeurs rappelant les activité primaires de Mère Nature. 35$ la promenade. Un prix qui s’est imposé comme exorbitant pour une marche à pied dans ce qui était sensé être un don de de notre chère planète. Nous étions prêts à faire chauffer la carte bleue mais hélas, la journée était déjà trop avancée et le parc fermait ses portes. Plus que déçu par ces « attrape-CB », nous avons fait le tour du Lake Blue, un lac bleu et gratuit d’accès, avant de nous en retourner vers Mount Manganui.

 

Le séjour dans la baie l’abondance aura aussi été pour nous l’occasion tester notre première expérience de WWOOFing à Katikati. Un moyen simple de se trouver logé et nourrit contre quelques heures de travail par jour. Une petite semaine passée dans la famille de James et Victoria Deyner sous le signe du jardinage.

 

Mais l’appel du boulot est le plus fort, et un j’ai flairé un appétissant bike park à l’Ouest d’Auckland. Nous avons donc quitté Bay of Plenty. Pour laquelle j’ai, au cours de ces dernières semaines, revu en partie mon opinion et où nous avons passé des moments inoubliables aux accents chiliens. Je rajoute donc aujourd’hui à une liste déjà longue, le Chili aux pays où je dois rendre visite à des amis.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s