The Blog with words & pics you like to check!

Nouvelle Zélande ou la Terre Promise

Ça faisait maintenant plus de dix ans que la Nouvelle Zélande faisait partie de mes destinations « Premium ». Mais quand on voyage comme je le fais, la destination se choisit bien souvent d’elle même, en fonction des opportunités, des bons plans ou des coups de tête. La Nouvelle Zélande m’avait toujours parue un peu lointaine, un peu onéreuse, un peu plein de choses pour y partir sur un coup de tête. Et comme personne ne m’a proposé de m’y envoyer pour y faire un reportage, ce qui aurait été bien trop aisé, j’ai pris la chose à bras le corps et décidé de m’organiser un trip là bas. Grands Dieux, organiser, comme ça sonne bizarrement dans ma bouche. On peut aussi dire que ça résonne bizarrement sur mon clavier si vous préférez. En tout cas, ce n’est pas dans mes habitudes de booker mon agenda six mois à l’avance avec des dates à respecter, des horaires, des papiers et j’en passe. Mais bien heureusement, l’envie de partir à l’autre bout du monde – c’est bien là que ça se trouve par rapport à l’Alsace, j’ai regardé! – a surpassé mes blocages de prévisualisation spatio-temporelle.

Sophie, avec qui j’allais partager ce voyage a bien participé aux préparatifs, ce qui a pas mal aidé je dois l’admettre.

Nous voilà donc avec Sophie, fidèle compagne de route et assistante de choc devant la tourmente dans un spacieux appartement du Hilton d’Auckland que nous squattons discrètement, profitant de l’hospitalité d’un couple de trois amis alsaciens. Nos premières missions étaient d’ouvrir un compte en banque sur place pour être tranquille avec les surtaxes et les frais de change, puis de trouver un van. Cette dernière opération nous aura pris plusieurs jours, ce à quoi nous étions plus ou moins préparés.

Cinq jours que nous sommes là et la barrière d’immeuble qui fait face au quai sur lequel se trouve le Hilton commence à devenir de plus en plus familière. Un peu comme quand on prend ses marques dans un nouveau chez soi.

Mais demain, le décor va à nouveau changer car notre deuxième mission est quasiment accomplie et les clés de notre van seront bientôt nôtres. Après avoir erré entre les buildings, flotté parmi les flots de piétons qui s’écoulent mollement entre la marée d’automobiles, nous allons quitter la ville et ses remous pour enfin entrevoir ce que nous sommes venus chercher : la Nouvelle Zélande, la vraie, celle avec des moutons, des routes sinueuses, la nature et l’aventure. Appareils photos au poing, nous les avons fait pré-chauffer dans les rues de la cité, nous sommes parés.

Mes adieux à Babylone.

Advertisements

2 Réponses

  1. yeah gros, ça déchire! viva l’aventura!

    septembre 22, 2010 à 7:18

  2. Patricia

    Grandiose, mais c plutôt désert dans les rues !!
    on attend la suite !

    septembre 23, 2010 à 8:22

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s