The Blog with words & pics you like to check!

Poor Lonesome Biker

Parfois les idées viennent comme ça. Pouf. On ne sais pas d’où elles sortent mais elles sont là s’imposant à nous et réclamant de leur force d’être transformées en quelque chose de concret.

Souvent elles demeurent à l’état d’idée, passant quelques temps dans un recoin de nos esprits malades ou se métamorphosant pour nourrir d’autre idées. Il arrive aussi qu’elles s’estompent et s’effritent sans qu’on ai eu le temps d’y toucher.

Mais certaines d’entre-elles arrivent au moment propice à leur réalisation. Lorsque tous les éléments coïncident pour que l’idée engendre un mouvement qui lui même sera la source de l’oeuvre.

Ici, l’idée première était une photo de l’homme et la machine qui l’accompagne, tel un cow-boy et son cheval. Lequel en prend soin, au même titre qu’une partie annexe de son corps, parfois plus. L’idée initiale mettait en scène un pote et sa caisse, mais la conjoncture – faisant que  les choses ne se passent pas toujours dans l’ordre dans lesquelles on les attend – m’a poussé à demander à Nico si ça le motivait un petit photoshoot avec sa bécane. Il accepta sans que j’ai vraiment besoin d’insister.

La première séance se fit en deux temps trois mouvements, le temps de préparer un feu de bois, de poser les flashs et de faire quelques règlages avant que la pluie ne vienne nous forcer à remballer. Heureusement que Sophie et Jon étaiet là pour s’arrimer aux trépieds des flashs, sans quoi le vent aurait soufflé mon installation sans demander son reste. Mécontent en rentrant à la maison, le résultat m’a surpris. Je me suis dis qu’une deuxième photo irait bien en complément de celle-ci. On a donc remis le couvert la semaine suivante.

La deuxième session était un peu plus zen au niveau météo, mais comme on était un peu à la bourre sur le soleil couchant, nous avons dû shooter assez rapidement. J’avais ma mise en place des flashs en tête et j’espérais secrètement que le rendu ressemble à ce que je prévoyais. Ce qui parfois n’arrive pas. Mais là, encore une fois : la veine. C’est pas tous les jours donc on sait l’apprécier. Hervé qui conduisait le Partner-Porte-Flashs a assuré les allé-retour sur la route des crêtes pendant que Nico se régalait de pouvoir rouler sans casque sur une route déserte. Moi je jubilais de voir mon installation fonctionner comme prévu.

Voici donc le résultat de ces deux photoshoots purement gratuits et « pour le plaisir »

Les tests de flashs à l'arrêt avec effet de vitesse surréalistes d'Hervé et Nico

Photoshoot engagé, portière ouverte comme dans l'hélicoptère de Magnum

Le Partner version Hollywood Spotlight

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s