The Blog with words & pics you like to check!

Le Temps des Gitans

Pour la troisième année consécutive la fine équipe des Gpsy Feelin s’est rendue en Terre Promise pour aller décrocher le gros lot au nez et à la barbe des apprentis jibbers français. Si l’équipe actuelle, composée de Yann Barthelemy, Thibaut Pomarat, Léo Taillefer, Stéphane Vaillant et P-A Chedal, a subit quelques modulations au cours du temps, l’esprit Gpsy est resté intact.

Portant les couleurs de Downdays – le sponsor qui paye gracieusement l’inscription – ils ont dû redoubler d’imagination afin de trouver de nouveaux spots à rider dans la plus urbaine des stations de montagne. Pour avoir tourné durant ces quatre dernières années avec les manouches du jib dans toute la Tarentaises à la recherche de bon spots de street, je peux dire que d’enchaîner une course aux spots de quatre jours, durant trois années de suite dans la même station relève du véritable défi.

Arrivé au matin du deuxième jour, j’ai rejoins la troupe dans leur appartement qui sentait déjà bon la vielle roulotte. Mes cabochards avaient déjà déjà les valises sous les yeux après une nuit à shapper et à rider alors qu’il restait encore trois jours à tenir. Pom, tombé au combat, a été lâchement abattu lors d’un gap de ski… Insuffisant pour leur faire baisser les bras. Cet accident de parcours leur a tout de même mis un handicap de taille face aux autres équipes, qui toutes dents dehors, n’attendaient qu’une occasion pour détrôner les indétrônables.

C’est là que ceux qui ont la chance (hmm) de faire partie des initiés, voient opèrer la magie Gpsy.

Là où le badaud ne verra qu’un vulgaire quai de déchargement, les Gpsy verront un kick.

Là où le promeneur ne verra qu’une usine en stand-by, les Gpsy verront deux spots. (même trois!)

Là où le touriste ne verra qu’un immeuble de location, les Gpsy verront un combo de trois spots.

Là où le policier municipal ne verra qu’une banale place parking vide, les Gpsy verront un landing.

Là où personne ne verra plus rien, les Gpsy allumeront une torche trempée dans le fuel de leur créativité.

Je les ai laissé la veille du dernier jour, éreintés, sur les rotules. Chech marchant comme un canard empaillé. Léo au bord de la rupture d’anévrisme. Yann dormant à même le sol pour fuir le vacarme ambiant de la roulotte. Pom sombrant dans la folie et Vail se recoiffant méthodiquement. Je leur ai souhaité, le plus sincèrement possible, une bonne chance pour la fin de leur quête et m’en suis retourné, clope au bec sur mon bourrin, vers une autre vallée. Mais le Feelin ne quitte pas les Gpsy si facilement. Et malgré les quelques déboires auxquels ils ont dû faire face, mes compagnons de caravane ont su garder la foi jusqu’au bout afin de botter des culs, sabrer le champagne et rafler de gros lot une troisième année consécutive en remportant le Winter Urban Plagne 2010

Quelqu’un avait-il un doute??

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s