The Blog with words & pics you like to check!

Nouveau

Bacalhau, Batatas e Favas – Portugal

019_150518.Portugal

Murtosa – Rua Passadouros 57 – 06/05/15

Repas de midi avec nos hôtes, Francisco, Isabel et la grand-mère qui à l’air très vielle. Francisco écope du rôle de cuisinier pour ce qui semble être son plat de prédilection : bacalhau, batatas e favas (morue, pomme de terre et fèves) le tout copieusement arrosé d’huile d’olive. Je me régale du plat comme de l’instant.

La discussion passe du portugais, à l’espagnol – que nous ne parlons pas – au français et à l’anglais. Le tout ponctué de gestes nécessaires à la bonne compréhension de tous. Le résultat comme souvent dans ces cas de figure donne lieux à de grand éclats de rire, qu’on se comprenne ou non. Difficile de faire plus accueillant que ces retraités débordant d’attention.

Sao Jacinto – 06/05/15

Nous contournons le lagon par le nord en direction de Torreira avant de bifurquer vers Sao Jacinto, à l’extrémité Sud de la langue de terre, entre océan et lagune. Une plage sans fin, le vent et les embruns, le tout baignée dans une lumière écrasante. Nous restons rêveurs, hypnotisés devant les séries de rouleaux bruns chargés de sable qui viennent se fracasser sur la plage déserte. A part nous, quelques cyclotouristes jouent les baigneurs d’avant saison.

Notre voiturette de location patiente sur le quai du ferry-boat. Pendant ce temps, nous prenons un café dans un troquet où les habitués savourent la tranquillité de ce début de mai et l’absence du flot de touristes qu’on devine durant l’été.

Aveiro – 06/05/15

La Venise portugaise.Je ne lui trouve pas le charme que ces canaux promettent. Après l’isolement et la solitude de Sao Jacinto, la ville en plein ravalement de façade n’éveille en moi que l’envie d’en sortir. On tourne quelques heures. Sophie complète sa collection de photos de carrelage.

Costa Nova – 06/05/15

Retour sur la côte. Nous déambulons sur la côté avant de nous arrêter dans un petit rade de bord de mer. Le vent nous ronge les os, le soleil peine à filtrer à travers un ciel bouché, nous y sommes bien.

Vilar Seco – 07/05/15

Route vers Serra de Estrela et le sommet du Portgual. Que nous n’atteindront pas… Stop dans un charmant village de l’arrière pays, Vilar Seco. Arrêt au hasard d’un coup d’oeil, une dale rocheuse et une statue levant les bras au ciel nous interpelle. Rencontre avec Jesus et vagabondage dans un entrelacs de ruelles qui dessinent le hameau. Le soleil cogne dur sur les vielles maisons en pierres de taille granitiques. Les jardins sont déjà bien fournis et les orangers croulent sous les fruits qui pourrissent par terre. Un chien nous accompagne dans nos errances. Pataud, il se fait engueuler à chaque maison par les molosses de garde (et les roquet aussi d’ailleurs) mais semble s’en fiche. Il nous laisse à la voiture pour repartir d’où il est venu. Nul part.

Dolmen d’Antelas – 07/05/15

L’odeur de l’élevage de poulet jouxtant le site est plus marquant que le tas de terre que les panneaux indicateurs ont la prétention d’appeler « Dolmen »

LeicaM6 – Ilford HP5+

Entre Mar e Azulejos – Portugal

002_150511.Portugal

Murtosa – 04/05/15

Arrivés en début d’après-midi, nous prenons la route de Murtosa dans notre minuscule voiture de location. Un vent du diable fait nous fait tanguer le long de l’autoroute quasi désert qui mène vers le Sud. Ce même vent qui a malmené notre avion durant presque tout le vol pour Porto. La voix du pilote annonçait des bourrasques de 80km/h pendant que toutes les têtes balançaient de gauche à droite au rythme des secousses.

Nous rencontrons nos hôtes, Fransisco et Isabel dans leur maison de Murtosa. Couple de retraités simples et charmants, ils vivent au milieu d’une joyeuse ménagerie composée de chats, chien, poules, pigeons, d’un cochon d’Inde et d’une tortue solitaire qui parfois quitte l’eau vaseuse de la fontaine pour prendre le soleil.

Fransisco lance un feu de bois pour chauffer de l’eau. Avec le mauvais temps, le panneau solaire est inutile. Retour au bonnes vielles méthodes. Il semble que cela soit l’unique moyen d’avoir de l’eau chaude.

Une envie commune de voir la mer nous chatouille depuis notre arrivée. A peine installé, nous reprenons la route vers la côte la plus proche. Nous traversons un village aux maisons recouvertes de carrelages colorés appelés Azulejos qui ravissent Sophie. Le temps est à la tempête. Le vent toujours présent a déjà laissé ses traces sur les routes qui traversent les forêts d’eucalyptus. Nous roulons sur un bitume recouvert de branches et de ces écorces qui se détachent constamment des arbres. La promenade est de courte durée. Le vent nous force à avancer plié en avant, la baie de son côté moutonne et nous crache ses embruns à la figure. Certainement un signe de bienvenue.

Coimbra – 05/05/15

A ses grandes heures, Coimbra fut la capitale du Portugal. Au XIIeme siècle. Il en reste une ville aux allures de grande dame un peu usée par le temps. Il fait bon y vagabonder dans les ruelles pavée de calcaire. Comme posée au sommet d’une colline, l’université domine la ville qui grouille de vie, de touristes français et allemands. Ça contraste avec notre rapide visite de Murtosa la veille.

Assis à la terrasse d’un café sur la place marbrée qui fait face à la mairie et au monastère Santa Cruz nous regardons les gens suivre leur guide sous le porche de l’église.

Sophie photographie les motifs des carreaux de carrelage alors que je mitraille toutes sortes de graffitis plus ou moins engagés.

Figueira de Foz – 05/05/15

Enfin devant la mer. En bon montagnard je m’étonne toujours de réaliser combien elle m’a manqué à chaque fois que je la retrouve. Nous avons préféré Buarcos à Figuera, plus pittoresque celon le guide touristique.

Depuis la plage, un regard a gauche et se dévoile un charmant village de pêcheurs au couleurs vives et aux ruelles lumineuses bien à l’abri derrière son mur de fortification. En tournant la tête, changement radical de décor. Des barres d’immeubles façon front de mer des 70s, entre station balnéaire et foire à touriste.

Sur la terrasse d’un restaurant dont l’unique plat est la sardine grillée accompagnée de patates/salades, nous nous félicitons de préférer l’intersaison et sa météo changeante à la cohue des hordes de vacanciers qui peupleront les lieux d’ici un bon mois. Le jeune serveur qui semble avoir Sophie à la bonne nous gratifie d’un rab de sardines grillées qui nous vaux de sauter le diner.

LeicaM6 – Ilford HP5+

Happy New Year 2015 – On sait réveillonner chez Slack

BestWishesLR-2

Une petite photo d’ambiance pour souhaiter la Bonne Année à tous et à toutes!

Insane In The Brain – Limited edition posters

IITB

Avis aux amateurs, deux séries de posters Insane In the Brain sont actuellement disponibles.

60x60cm imprimés en quadri sur papier mat supérieur 250gr, 50 exemplaires disponibles dans chaque couleur.

Vous n’avez qu’à remplir le formulaire ci-dessous et vous recevrez un bon de commande par mail.

Les recettes serviront à monter une petite expo de dessins imprimés par sérigraphie.

Je travaille en ce moment à la suite, quelques milliers de petits bonshommes supplémentaires sont donc à prévoir!

Merci d’avance pour votre soutient.

 

Wingsuit VS Highline – Les idées saugrenues de Mr Millot

122_20140902.Highline.VS.Wingsuit_ChamonixBrevent

Il y a des idées qui prennent leur temps pour mûrir, de ces idées dont on ne se défait pas. Les projets s’enchainent, le temps passe mais elles sont toujours là. Ça va tomber un jour ou l’autre c’est sûr, on les sent venir.

Et un matin, paf. C’est le moment, toutes les conditions sont réunies, l’idée se transforme un projet, et le projet devient une aventure.

A cinq dans la camionnette Slack, le coffre rempli de sangles, cordes, baudriers, matériel vidéo et photo en tout genre, nous faisons route vers Chamonix. La dernière fois que nous y avions mis les pieds tous ensemble c’était pour que Julien passe en wingsuit dans un anus géant. (que j’avais peint en y mettant tout mon coeur) A nouveau, nous visons le Brévent, où plutôt le couloir de l’Ensa.

Le projet qui a germé dans la tête de l’ami Julien consiste à passer sous une highline en wingsuit. Oui, pourquoi pas? On ne s’image pas comme ça, mais ce n’est pas chose aisée que de trouver un endroit qui se prête à ce genre de cascade. Le pauvre Julien a du passer un temps fou à explorer une multitude de spot de wingsuit avant de se rendre à l’évidence, son eldorado était juste sous son nez, au beau milieu du couloir de l’Ensa. Nombreux sont ceux qui sans le savoir avaient déjà pris la trajectoire qui filai sous la highline que nous allions tendre. Il ne nous restait plus qu’à l’installer.

Une fois le camp de base monté sous le sommet, notre caravane de l’extrême s’est mise en route. Tous chargés comme des mules, nous avons contourné les falaises du Brévent pour enfin accéder au couloir, quelques centaines de mètres en contre-bas. Glissades, chutes de pierres et sueur furent au rendez-vous à la descente comme au retour. La ligne d’une cinquantaine de mètres fut tendue juste avant la nuit, le temps pour Julien, Tancrède et Corentin de faire chacun un rapide passage. En face de nous, le Mont Blanc retenait désespérément les derniers rayons de soleil. La remontée se fit dans la pénombre et le diner à la frontale. Nous passerons les détails d’une nuit fraiche, durant laquelle certains constatèrent la limite de leur matériel ou simplement souffrirent de l’absence de duvet tout court. Bref, les premiers rayons du soleil furent plus que bienvenus. Ils finirent de nous réchauffer après la ration de café préparée par Tancrède; qui avait pris sont réchaud, lui. Nous, non. On s’était dit qu’on économiserait du volume et du poids. C’était con, merci Tancrède d’avoir sauvé notre petit dèj.

La tête enfarinée, quoique bien réveillé par la fraicheur du matin, nous avons entamé la descente vers la highline. Le Mont Blanc était toujours à sa place – où pourrait-il aller d’autre? – la tête dans les nuage et les pieds qui chauffaient au soleil. Une place enviable. De notre côté de la vallée, la rosée rendait la descente un peu plus glissante que la veille. Guillaume, chargé de son drone et des caméras qui allaient avec, a particulièrement apprécié le trajet.

Arrivés sur place, nous avons déballé les caméras et appareils photos. Chacun a prit ses quartiers dans des recoins plus ou moins exposés du couloir alors que Freddy et Tancrède zippaient leurs wingsuits au sommet du Brévent. Une distribution de high five aux touristes matinaux et c’était l’envolée royale. Tancrède est passé devant, Freddy le suivait un peu plus haut. Sur la slack, Julien poireautait debout sans bouger, les fesses serrées, tenant bon l’équilibre en attendant que les deux oiseaux arrivent. Les rubalises blanches et rouges flottaient mollement avec la brise qui remontait du couloir. On entendit à peine le bruit des wingsuits, couvert par le drone qui bourdonnait au-dessus de nous. On était presque un peu tendus. Tancrède passa comme une flèche, sous la highline. Freddy décida lui aussi de passer au-dessous, préférant éviter la collision avec Julien. C’était fait. Tout s’était bien passé.

On pouvait maintenant attendre qu’ils recommencent.

Le temps que Tancrède et Freddy fassent la rotation jusqu’au sommet, d’autre potes, habitués à sauter du Brévent, passèrent nous rendre une rapide visite. Mais le temps est compté pour le wingsuiter du Brévent, à 10h30, c’est le tour des parapentistes d’occuper l’espace aérien. Le moment pour nous de démonter la highline, remballer tout notre bordel arriva vite. Restait maintenant à se mettre une bonne suée pour tout remonter au sommet où la benne nous attendait pour redescendre… oui, nous sommes montés pour redescendre? Même si ça a l’air de défier la logique c’était plus rapide et plus facile.

Retour au camion, où Tancrède et Freddy nous attendaient. Congratulations, accolades, nous avons récupèré les rushes des caméras embarquées et c’était déjà le temps pour nous de rentrer à Cons Sainte Colombe. C’est qu’on avait une journée de boulot qui nous attendait.

Big up à Corentin qui a enchainé le Grépon et sa highline dans la foulée et un pensée pour Alex Duncan qui a fait son dernier vol ce jour là.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 56 autres abonnés