The Blog with words & pics you like to check!

Nouveau

L’odeur du café et le ronronnement du scanner – Hanoi Blues

 Sans nom-46

Long time no see… ça faisait une paye que j’avais oublié de raconter quoi que ce soit sur ces pages… qu’à cela ne tienne, je me rattrape aujourd’hui! Avec des photos d’hier. Enfin hier en 2011!

J’ai récemment décidé de faire un peu de tri et de rangement dans mes tas de vielles pellicules. Si depuis l’acquisition de mon scanner, elles intègrent régulièrement les pages du « Classeur à Pelloches », d’aucunes, plus anciennes attendaient patiemment leur heure dans des pochettes rangées de-ci de-là.

Comme j’adore travailler avec le ronronnement sourd du scanner dans mon oreille gauche, je jubilais de voir ces piles de négatifs, déjà scannés de manière artisanale des années plus tôt, et d’attendre patiemment leur numérisation en haute définition.

C’est donc avec délice que je me replongeais dans les rues de Hanoi, l’odeur du café me titillant les narines, sentant d’ici le goût des cigarettes White Horse que je ne fume que dans la chaleur lourde du Vietnam. Au rythme des images qui apparaissaient au fil de la journée sur mon écran, je me sentais à nouveau hors du temps. C’est que mes passages à Hanoi ont toujours laissé en moi cette impression lascive des heures et des jours qui filent autour de vous sans prendre le temps de vous embarquer dans leur course. J’y travaillais à mon allure, sans précipitation, pressentant que tout arriverait à point. Et si ce n’était pas le cas, ma foi, on s’en accommoderait bien. La ville impose sa mesure, ses habitants la suivent sans le vouloir. Ceux qui ne font que passer se font bousculer à vouloir sans succès imposer leur cadence. Je les vois encore aux portes des guest-houses sur le départ, impatients, excités, remontés, énervés ou pressés.

Mais cela n’est véritablement ni juste, ni objectif… lorsqu’on peut se permettre de passer deux mois à vivre dans un lieux et de s’y construire une petite vie, une petite routine. Quand on a le loisir d’imposer son rythme au voyage, de ne plus le subir.

Mais loin de me laisser bercer par la fainéantise, je me suis au contraire appliqué à apprendre la patience en savourant la longueur des journées. Les projets courraient d’eux-mêmes. Pendant les nuits blanches, à se perdre aux quatre coins de la ville pour les lightpaintings de la série Enlightened Souls. Lors d’un passage dans le Nord pour la première partie de ce qui allait devenir Rồng Di Sản – L’héritage du Dragon. Ou encore durant ces portraits en pagailles qui errent pour beaucoup, encore et toujours, dans les méandres de mes disques durs.

Ces photos là n’ont rien à voir avec tout ça. Elle sont simplement le fruit de mes pérégrinations pendant cet apprentissage de la patience, qui me fut utile dans bien des pays. Il y a dans ces images la moiteur et la chaleur, qui, je ne sais par quelle chimie, ont su s’imprégner à la fois de l’atmosphère de la ville et de mes humeurs. Peut-être est-ce dû aux pellicules, périmées trois ans plus tôt, à leur année de voyage à travers la Nouvelle-Zélande, ou à la quarantaine de degrés de la fin d’été vietnamien et à son taux d’humidité à s’y noyer.

Back to Millau – Natural Games 2015

005_150722.NG2015-Blog

L’équipe Slack.fr était une fois de plus à Millau pour mettre l’ambiance avec ses slacklines. Le déclencheur du Nikon D4s résonnait de part et d’autre des Gorges de la Jonte afin de m’assurer un contenu numérique pour de futurs travaux. Pourtant, de temps en temps, un léger clic presque inaudible rompait le claquement habituel et figeait quelques images sur la pellicule du M6. Une fois n’est pas coutume, le Leica était chargé de couleurs. Pour la simple et bonne raison qu’en bon gestionnaire de mes stocks, j’étais à sec de film noir et blanc… J’ai donc attrapé une poignée de pellicules AgfaPro achetées déjà périmées il y a presque 10 ans et croisé les doigts pour que le résultat soit potable. Honnêtement, je m’attentais à plus de surprises. Peut-être même espérais-je un peu plus de fantaisie. Les dates de péremption ne sont plus ce qu’elles étaient…

Rock The Line – Design et plus si affinité

3T_Front

 

Cette année fut celle de la première édition du Rock The Line organisé pas Slack. Ce Jumpline Pro Tour à la française comptait 6 dates à travers l’hexagone pour finir en beauté à Millau lors des Natural Games. Nous voulions donner une identité plus forte à ce qui était l’an passé un simple championnat de Jumpline.

J’ai donc commencé par créer une poignée de logos et une fois fixé sur le bon, j’ai pu adapter le design à des poster, t-shirts, banderoles et autres support de com.

Mais non content d’en être arrivé là, je me suis lancé un objectif supplémentaire, et non des moindres, comme j’allais m’en rendre compte. Mon travail au sein de Slack me donne l’opportunité et la liberté d’entreprendre des créations quelques fois extravagantes (certains l’auront remarqué ici par exemple) et cette fois-ci je me sentais l’âme d’un sculpteur ou d’un modéliste. Si j’ai une vague expérience dans la peinture de figurines Warhammer qui date de mon adolescence, je n’avais jamais mis les mains dans le moulage et ses multiples aspects. Parti sur un moule de main brandi en signe de ralliement de métalleux, j’imaginais déjà mes trophées fondus en aluminium dans le fourneau des enfers de mon pote Dr Gosh. Cependant, les résultats aléatoires et le manque de temps me firent pencher vers la résine. Après quelques déboires avec le temps de prise de l’alginate et le volume de résine nécessaire à remplir ma main (600ml), j’ai finalement réussi à sortir trois moulages acceptables de l’enveloppe caoutchouteuse et visqueuse de l’alginate.

Les choses semblaient rouler quand une contrariété de rien du tout vint enrayer mon entrain. La sous-couche du trophée N°2 ne séchait pas vraiment et restait collante au toucher… Je me suis dit que mon brossage « à sec » aiderai à atténuer cette anomalie. Rien. Ça collait toujours aux doigts. Après une nuit passé devant le ventilo, toujours pareil. Ne me laissant pas démonter et bravant tout bon sens, je me lançais dans le vernissage de mes trophées, pensant naïvement que « bah quand le vernis séchera il n’y paraitra plus » Erreur…

Je désespérais donc devant mes trois trophées, et surtout devant le N°2 qui restait tout collant. Une petite voix me souffla alors de laver le vernis à l’eau savonneuse… C’en était trop. Démontrant par la pratique que le vernis ne partais pas à l’eau et au savon, je me suis laissé emporté dans une frénésie destructrice à grand coup de « Ah tu veux voir ce qui décape le vernis?? regarde! » et vlan, de grandes giclées d’Acétone sont allé rejoindre le trophée N°2 au fond de l’évier. Les énergiques coups de brosses eurent bien entendu l’effet escompté, voir un peu plus que ça même. Je m’arrêtais de frotter alors que l’acétone commençait à ronger la résine.

Retour au point de départ. Je désespérais donc devant mes trois trophées, surtout devant le N°2 qui était tout… blanc sale, gluant et rongé. Il ne me restait alors que deux jours pour trouver une solution avant de prendre la route pour Millau et les Natural Games. Refaire un moulage était impossible, plus de résine, plus de temps… Mais en y regardant bien son nouvel état lui donnait un style « vielle statue de plâtre abandonnée au temps » et en y mettant un peu de glamour, ça pouvait faire illusion. Et illusion ça fît! Je me demande d’ailler pourquoi je me grille à raconter que j’ai foiré mon coup?! « Le blanc? Oui oui, c’était pour contraster avec les deux autres! »

Pour finir en beauté, il ne me restait plus qu’à faire quelques images de la compétition et un rapide montage vidéo à voir ici.

Voici pour l’histoire du Rock The Line 2015 et de ses aventures graphiques et artistiques.

Porto Porto Portugal

058_150518.Portugal Porto – 08/05/15 Dernière étape citadine de ce rapide séjour portugais. La périphérie de la ville regorge de bâtiments abandonnés, les marques de la crise défilent de toutes parts. La cité est vieillissante, les bâtiments en décrépitude se confondent jusqu’au centre ville, là encore de nombreux immeubles vides pourrissent sur place. Porto, construit à flancs de collines, nous offre la vision de ses toits au dessus desquels pointent ses innombrables églises. Nous prenons la direction de l’église de Sao Francisco, qui sort du lot grâce – ou à cause – de son histoire atypique. Le culte y a été interdit après qu’elle fut jugée subversive pour ses dorures omniprésentes et son décorum surchargé. Un peu déçu par l’interdiction de prendre des photos – la qualité de celle de la brochure est déplorable. Nous attrapons quelques explications et anecdotes récitées par les guides à leur troupeau de touristes. Nous passons un peu de temps devant l’arbre de Jesse et le massacre des Franciscains pas les Maures à écouter des histoire que la brochure – décidément proche de l’inutile – ne raconte pas. Retour à l’air libre après une rapide visite des catacombes et de l’ossuaire des franciscains afin de poursuivre notre tour des vielles pierres. Ce que nous faisons consciencieusement toute la journée durant. Je me retrouve très vite à collectionner les graffitis d’un artiste local, Hazul, qui fait un travail remarquable dans les ruelles de la vielle ville. Matosinhos – 08/05/15 Pour notre dernière nuit, nous avons choisi un hotel entre Porto et l’aéroport. Un point pratique pour notre départ très matinal du lendemain. Nous pensions trouver un petit bord de mer coquet pour voir tranquillement le soleil s’y coucher. Pas de bol, c’est un port de pêche de conséquence avec ses hangars et des quais grillagés qui se dressent entre nous et la mer. Derrière le ciel rougit. En contrepartie, nous tombons dans la rue des restaurants de poisson avec leurs tonnelles qui empiètent autant sur la route que sur le trottoir. Des poissons de toutes sortes se font griller la pilule sur des braises, les odeurs nous attrapent les narines pour nous ouvrir l’appétit. Une brochette de skids et de gambas plus tard je suis convaincu d’avoir bien terminé cette escapade portugaise. Matosinhios – 09/05/15 La chambre d’hotel, bien que confortable, m’a laissé le souvenir pénible d’une nuit d’insomnie et de mal de dos rythmé par les basses du bar voisin et de ses alcooliques beuglant et vomissant sous ma fenêtre. Vaseux, je prends la route vers l’aéroport. Les journées qui commencent à 4h30 le matin ont tendance à être trop longues à mon gout.

LeicaM6 – Ilford DeltaPro400

Bacalhau, Batatas e Favas – Portugal

019_150518.Portugal

Murtosa – Rua Passadouros 57 – 06/05/15

Repas de midi avec nos hôtes, Francisco, Isabel et la grand-mère qui à l’air très vielle. Francisco écope du rôle de cuisinier pour ce qui semble être son plat de prédilection : bacalhau, batatas e favas (morue, pomme de terre et fèves) le tout copieusement arrosé d’huile d’olive. Je me régale du plat comme de l’instant.

La discussion passe du portugais, à l’espagnol – que nous ne parlons pas – au français et à l’anglais. Le tout ponctué de gestes nécessaires à la bonne compréhension de tous. Le résultat comme souvent dans ces cas de figure donne lieux à de grand éclats de rire, qu’on se comprenne ou non. Difficile de faire plus accueillant que ces retraités débordant d’attention.

Sao Jacinto – 06/05/15

Nous contournons le lagon par le nord en direction de Torreira avant de bifurquer vers Sao Jacinto, à l’extrémité Sud de la langue de terre, entre océan et lagune. Une plage sans fin, le vent et les embruns, le tout baignée dans une lumière écrasante. Nous restons rêveurs, hypnotisés devant les séries de rouleaux bruns chargés de sable qui viennent se fracasser sur la plage déserte. A part nous, quelques cyclotouristes jouent les baigneurs d’avant saison.

Notre voiturette de location patiente sur le quai du ferry-boat. Pendant ce temps, nous prenons un café dans un troquet où les habitués savourent la tranquillité de ce début de mai et l’absence du flot de touristes qu’on devine durant l’été.

Aveiro – 06/05/15

La Venise portugaise.Je ne lui trouve pas le charme que ces canaux promettent. Après l’isolement et la solitude de Sao Jacinto, la ville en plein ravalement de façade n’éveille en moi que l’envie d’en sortir. On tourne quelques heures. Sophie complète sa collection de photos de carrelage.

Costa Nova – 06/05/15

Retour sur la côte. Nous déambulons sur la côté avant de nous arrêter dans un petit rade de bord de mer. Le vent nous ronge les os, le soleil peine à filtrer à travers un ciel bouché, nous y sommes bien.

Vilar Seco – 07/05/15

Route vers Serra de Estrela et le sommet du Portgual. Que nous n’atteindront pas… Stop dans un charmant village de l’arrière pays, Vilar Seco. Arrêt au hasard d’un coup d’oeil, une dale rocheuse et une statue levant les bras au ciel nous interpelle. Rencontre avec Jesus et vagabondage dans un entrelacs de ruelles qui dessinent le hameau. Le soleil cogne dur sur les vielles maisons en pierres de taille granitiques. Les jardins sont déjà bien fournis et les orangers croulent sous les fruits qui pourrissent par terre. Un chien nous accompagne dans nos errances. Pataud, il se fait engueuler à chaque maison par les molosses de garde (et les roquet aussi d’ailleurs) mais semble s’en fiche. Il nous laisse à la voiture pour repartir d’où il est venu. Nul part.

Dolmen d’Antelas – 07/05/15

L’odeur de l’élevage de poulet jouxtant le site est plus marquant que le tas de terre que les panneaux indicateurs ont la prétention d’appeler « Dolmen »

LeicaM6 – Ilford HP5+